Le centre Tsinjo

Tsinjo - Quelques maisons en briques cuites semblent former un lieu dit : nous sommes à Ambohipeno où se trouve le Centre d’accueil Tsinjo dont est responsable Madame Zoely Raharimalala.

L’accueil que nous réservent Zoely et son époux Dieudonné est à la mesure de leur générosité. Nous visitons leur petite maison qu’ils partagent avec une douzaine d’enfants. Dans la pénombre de la nursery située au premier étage, au bout de l’échelle-escalier, des enfants entre 2 jours et 2 ans nous observent depuis leur petits lits… En bas dans la cour entourée d’une haie de végétation impénétrable protégeant des voleurs de grand chemin, les plus grands jouent tranquillement.

Trois familles lausannoises ont œuvré pour que ce couple malgache puisse installer leur « centre d’accueil » dans un bâtiment digne de ce nom. Il faut dire que depuis quelque temps, ils se voyaient accueillir sans que leur cœur ne puisse les refuser, des enfants que des mamans désespérées avaient choisi de leur confier. Eloignée de la ville, la maison de Zoely et Dieudonné était aussi devenue trop petite et le confort trop précaire pour continuer à héberger un couple et ses nombreux enfants recueillis. Les trajets sur des routes improbables rendaient les démarches administratives difficiles et augmentaient considérablement les dépenses.

L’achat du terrain dans la banlieue nord-est de Tananarive (Antananarivo), la conception puis la construction d’une belle bâtisse touchait à sa fin lorsque en Novembre 2003, un dernier don de la Compagnie de danse YES permet la construction du toit de Tsinjo. Le déménagement a lieu en décembre 2003.

Zoely


Le rayonnement de Tsinjo (vidéo Bruno Dumont) :
Tsinjo et Mahavonjy







Zo - Mai 2017

Dieudonné et Zoely

Le centre en construction - Juillet 2003

Tsinjo - juillet 2004

Tsinjo - Mai 2017